Gary Johnson sur l’immigration

Gary Johnson sur l’immigration

Gary Johnson sur l'immigration les payerGary Johnson sur l’immigration

candidat présidentiel libertaire; ancien gouverneur républicain NM

Arizona loi anti-immigration conduit au profilage racial

Un mur de 10 pieds nécessite juste une échelle de 11 pieds

[Un journaliste] a noté, à juste titre, que je suis en faveur d’un programme de travailleurs invités expansive et je suis mal à l’aise avec l’idée de déportation massive. Donc, il m’a posé des questions sur l’idée d’augmenter la sécurité au moyen d’un mur de la frontière.

période de grâce de 2 ans pour les clandestins pour obtenir un visa de travail

    Les immigrants potentiels doivent être émis une carte de sécurité sociale, ce qui leur permettrait de payer des impôts.

  • Il devrait y avoir une période de grâce de deux ans pour les immigrants illégaux pour atteindre des visas de travail afin qu’ils puissent continuer de contribuer à l’Amérique et commencer à prendre part à la société américaine ouvertement.
  • Les immigrants devraient être en mesure de faire venir leur famille aux États-Unis après avoir démontré la capacité de les soutenir financièrement.



Source: 2012 présidentielle site de la campagne, garyjohnson2012.com. 15 novembre 2011

1 grève & vous êtes pour les immigrés légaux qui violent les termes

    Il devrait être plus facile pour un immigrant potentiel pour obtenir un visa de travail.

  • Simplifier le processus d’immigration légale afin de réduire l’immigration clandestine et de permettre aux États-Unis pour savoir qui entre dans le pays et pour quelles raisons.
  • Appliquer un «one grève, vous êtes hors« règle pour les immigrants qui contournent le processus de visa de travail simplifié.
  • Impose et appliquer des sanctions sur les employeurs pour non-conformité avec les lois sur l’immigration.

Source: 2012 présidentielle site de la campagne, garyjohnson2012.com. 15 novembre 2011

Que certains, mais pas tous, les immigrants illégaux restent aux États-Unis

Nous éduquons le meilleur du monde & brillants; pourquoi les renvoyer?

Q: Vous étiez un gouverneur de l’État-frontière. Quelle serait votre approche de l’immigration être?

A: En raison de nos politiques d’immigration alambiquées nous éduquer les meilleurs et les plus brillants enfants de partout dans le monde et nous les renvoyer dans leur pays d’origine. Au lieu de les rester ici pour créer des entreprises qui emploient des dizaines de millions d’Américains, ils rentrent chez eux et emploient des dizaines de millions d’Indiens. Nous le faisons à nous-mêmes.

Nous devrions le rendre aussi facile que possible pour être en mesure d’obtenir un visa de travail légal – pas la citoyenneté, et non pas une carte verte. Juste un visa de travail, avec une vérification des antécédents et une carte de sécurité sociale, afin que les taxes applicables seraient payés.

Ouvrez la frontière; inondation des Mexicains deviendrait contribuables

Q: Quelle est votre vision de l’immigration problème?

A: les Hispaniques qui immigrent soin de leur famille, comme les autres Américains se soucient de leurs familles. Ils vivent dans la pauvreté au Mexique et peuvent venir aux États-Unis et faire beaucoup mieux.

Q: Par – selon certains – emportant emplois.

R: Ils travaillent les emplois les moins rémunérés. Et ils prennent des emplois que les autres Américains ne veulent pas nécessairement. Ils hardworking personnes qui prennent des emplois que les autres ne veulent pas. Telle est la réalité.

Q: Voulez-vous ouvrir les frontières et de le rendre plus facile d’immigrer légalement?

R: Ma vision de la frontière avec le Mexique est qu’un camion des États-Unis d’aller au Mexique et un camion en provenance du Mexique aux États-Unis passera de l’autre à la frontière allant de 60 miles à l’heure. Oui, nous devrions avoir des frontières ouvertes.

Q: Beaucoup d’Américains craignent le flot d’immigrants qui allaient suivre.

A: Ils deviendraient les contribuables. Ils sont juste la poursuite de rêves — les mêmes rêves que nous avons tous. Ils travaillent dur. Qu’est-ce qui ne va pas avec ça? Source: Interview David Sheff dans Playboy Magazine. 1 janvier 2001

immigrants mexicains poursuivent mêmes rêves que nous avons tous

Q: En Californie, il y a eu une réaction contre les immigrants illégaux. Les électeurs ont adopté une proposition qui leur refuser médicale & autres services.

A: Il ne serait pas un problème si elles étaient légales, de sorte que le processus pour les rendre légale devrait être plus facile.

Q: Beaucoup d’Américains craignent le flot d’immigrants qui allaient suivre.

A: Ils venir et prendre des emplois que nous ne voulons pas. Ils deviendraient les contribuables. Ils sont juste la poursuite de rêves — les mêmes rêves que nous avons tous. Ils travaillent dur. Qu’est-ce qui ne va pas avec ça? Source: Entretien avec David Sheff dans Playboy Magazine. 1 janvier 2001

Partager les coûts de l’immigration légale entre les Etats & fédéral.

Johnson a adopté la politique de l’Association nationale des gouverneurs:

    Les gouverneurs exhortent le Congrès à tenir compte des principes suivants concernant les politiques d’immigration.

  • La décision d’admettre des immigrants est un fédéral qui porte avec lui un engagement fédéral ferme à façonner la politique d’immigration, dans les paramètres des ressources disponibles, nous en tant que nation sommes déterminés à fournir.
  • L’impact financier des décisions d’immigration doit être adressée par le gouvernement fédéral. Les Etats, chargés de la mise en œuvre la politique fédérale, ont partagé et partagent les coûts; cependant, il devrait y avoir aucun autre changement des coûts aux États.
  • Une responsabilité fondamentale du gouvernement fédéral est de recueillir et de diffuser des informations statistiques actualisées et fiables sur l’immigration et ses conséquences pour les Etats-Unis.
  • Les politiques fédérales en matière d’immigration devraient veiller à ce que les nouveaux immigrants ne deviennent pas une charge publique fédérale, étatiques ou locales.
  • Le gouvernement fédéral doit fournir des informations adéquates et à la consultation avec les États sur les questions concernant les décisions en matière d’immigration qui affectent les Etats.
  • Unis ne devraient pas avoir à supporter des coûts importants pour la mise en œuvre des lois fédérales concernant le statut d’immigration comme condition d’avantages.

    Les gouverneurs demandent ce qui suit concernant Légalisation et de la naturalisation:

  • Unis exigent un maximum de flexibilité dans la détermination et l’affectation des ressources pour répondre aux besoins des étrangers nouvellement légalisés.
  • Le Service de l’immigration et de la naturalisation (INS) doit faire preuve de diligence dans ses efforts pour veiller à ce que les criminels ne sont pas naturalisés et étant donné les avantages de la citoyenneté plutôt que d’être expulsés.
  • Le processus de naturalisation devrait être simplifié pour être plus efficace et plus accessible aux demandeurs admissibles qui souhaitent devenir citoyens, avec tous les droits et les responsabilités ci.
  • L’INS doit prendre des mesures énergiques pour éliminer l’arriéré des demandes de naturalisation, ce qui est maintenant d’environ 800 000 à l’échelle nationale.

Source: Politique NGA HR-2: l’immigration et du statut de réfugié politique 01-NGA3 le 15 février 2001

Le gouvernement fédéral devrait traiter le rapatriement criminel.

Johnson a adopté la politique de l’Association nationale des gouverneurs:

    [En ce qui concerne l’immigration clandestine], les gouverneurs continuent de demander au gouvernement fédéral de négocier et renégocier les traités de transfert de prisonniers pour accélérer le transfert des criminels étrangers aux États-Unis qui font l’objet d’expulsion ou d’élimination. Les négociations de ces accords devraient se concentrer sur:

  • veiller à ce que les prisonniers transférés servent l’équilibre de leur peine de prison imposée par l’Etat;
  • éliminer toute exigence que les prisonniers consentent à être transférés dans leur pays d’origine;
  • structurer le processus d’exiger que les prisonniers servent le reste de leur peine de prison d’origine en cas de retour aux États-Unis; et
  • compte tenu des incitations économiques pour encourager les pays d’origine de reprendre leurs citoyens criminels.

    En outre, les gouverneurs croyons que le gouvernement fédéral devrait:

  • accroître l’utilisation du rapatriement intérieur avec les pays limitrophes aux États-Unis;
  • placer les responsables de l’INS dans les établissements étatiques et locales pour l’identification précoce des étrangers potentiellement expulsables – plus près le point de leur entrée illégale – pour assurer l’expulsion formelle avant la libération; et
  • à la demande du gouverneur de l’Etat, placer les agents de l’INS dans les tribunaux de l’Etat pour aider à l’identification des criminels étrangers en attente de poursuites pénales.

Enfin, les gouverneurs sont préoccupés par le grand nombre de criminels déportés qui reviennent aux États-Unis. Un nombre important des criminels étrangers criminels logés dans les prisons d’État et les prisons locales sont déjà condamnés criminels qui rentrai aux États-Unis après avoir été expulsés. Les gouverneurs exhortent le gouvernement fédéral à fournir des fonds suffisants pour les systèmes d’identification positifs éprouvés, tels que le système d’identification d’empreintes digitales automatisé (AFIS), pour permettre l’utilisation accrue de ces systèmes dans le reste de la nation. Source: Politique NGA HR-2: l’immigration et du statut de réfugié politique 01-NGA4 le 15 février 2001

Autres candidats sur l’immigration:

Gary Johnson sur d’autres questions:

Source: www.ontheissues.org

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq × 5 =